Comment procéder au choix d’une rampe d’accès pour personnes handicapées ?

La rampe d’accès est d’un avantage certain pour les seniors et surtout, pour les personnes handicapées. Elle leur permet d’atteindre tous les coins et recoins de leur logement ou d’un bâtiment sans grand effort. Cependant, une rampe d’accès ne se sélectionne pas sur un coup de tête : voici les critères à considérer !

Le type de la rampe accès

Sur le marché, la rampe accès handicapé est proposée en trois modèles différents. Il s’agit des rampes PMR à accès fixe, des rampes amovibles et des rampes d’accès modulables.

Lire également : Reconversion après 55 ans : stratégies et conseils pour un nouveau départ professionnel

Les rampes PMR à accès fixe vous offrent de vous déplacer en toute autonomie dans toutes les pièces de votre maison. Toutefois, vous devez aménager votre lieu de résidence pour faciliter le passage du fauteuil roulant. Revoyez donc l’espace disponible au niveau des lieux de passage et aussi, la largeur de vos portes.

A lire aussi : EHPAD : les avantages pour un senior dépendant

Quant aux rampes amovibles, elles vous évitent de prendre des risques lorsque vous êtes face à un détour. Par conséquent, vous ne serez pas bloqué. Les rampes amovibles comprennent les rampes d’accès enroulables et les rampes d’accès valise.

Enfin, les rampes d’accès modulables vous permettent par exemple de monter plus facilement dans un monospace ou dans un minibus. Elles sont capables de s’adapter à toutes les hauteurs. On les retrouve sous forme de rampe télescopique et de rampe double.

L’inclinaison, la longueur et la largeur de la rampe

L’inclinaison et la longueur de la rampe seront fonction du type d’équipement que vous choisirez. Ainsi, la pente maximale recommandée pour une rampe accès pmr adaptée à un fauteuil roulant manuel est de 15 degrés.

Pour un scooter électrique, un fauteuil roulant électrique ou un fauteuil avec accompagnateur, la donne change. Ici, l’inclinaison recommandée est de 20 degrés. Enfin, lorsque la rampe choisie doit servir à un usage professionnel, la pente maximale doit être réglée sur 20 degrés.

En ce qui concerne la longueur de l’équipement, elle n’est pas non plus fixe. Toutefois, il faut retenir que plus la rampe est longue, plus la personne qui va l’utiliser est en sécurité. Il faut aussi veiller à la présence d’un espace d’au moins 90 centimètres carrés devant la rampe. Celui-ci va permettre la manœuvre et la montée du scooter ou du fauteuil.

Par ailleurs, la largeur de l’équipement doit être de 80 centimètres au moins.

Le prix et les autres éléments à ne pas négliger

Le prix de la rampe d’accès dépend du modèle sur lequel vous aurez jeté votre dévolu. Généralement, ces dispositifs coûtent entre 40 et 1 200 euros. Par exemple, la rampe télescopique est cédée à 200 euros au moins. Des aides financières publiques peuvent aussi vous aider à acquérir un peu plus facilement cet équipement et à aménager votre lieu d’habitation.

Les autres éléments à prendre en compte dans le choix de votre rampe d’accès pour personne handicapée sont le revêtement antidérapant que doivent posséder les roues et le matériau. Dans le premier cas, les risques de chute sont limités lorsque les roues adhèrent au sol. Dans le second cas, vous pouvez vous décider entre l’aluminium et le bois.

Les normes et réglementations à respecter pour une rampe d’accès conforme

Il faut respecter les normes et réglementations en vigueur pour installer une rampe d’accès conforme aux besoins des personnes handicapées. Tout écart à ces règles peut avoir des conséquences graves sur la sécurité et le confort de l’utilisateur.

La première chose à savoir, c’est que la pente maximale autorisée pour une rampe est de 6 %. Au-delà, cela compromettrait l’efficacité du dispositif et pourrait causer des accidents. Pour cette raison, il faut veiller à ce que la hauteur de la marche ou du seuil ne dépasse pas 20 centimètres pour limiter au maximum la pente.

Il faut des rampants latéraux qui ont une hauteur minimale de 5 cm afin d’empêcher les roulettes ou les pieds du fauteuil roulant de sortir accidentellement de chaque côté. Les rampants doivent aussi être conçus sans bords coupants ni arêtes vives susceptibles d’endommager le fauteuil roulant et/ou son utilisateur.

Dans un autre registre, on doit aussi considérer l’éclairage dans le cas où vous installeriez votre rampe à l’extérieur. Effectivement, lorsque les conditions climatiques sont défavorables (brouillard épais ou chute importante de pluie), une bonne visibilité devient essentielle pour éviter tout accident involontaire.

Les matériaux les plus adaptés pour une rampe d’accès sécurisée et durable

Le choix des matériaux pour la rampe d’accès est un élément crucial. Il faut choisir des matériaux solides, résistants et durables afin de garantir une utilisation en toute sécurité à long terme. Voici les principaux matériaux possibles pour votre rampe d’accès :

• L’aluminium, qui est léger, facilement maniable et pratiquement inoxydable. Les rampes en aluminium ont aussi l’avantage de ne pas nécessiter d’entretien particulier tout en étant économiques.

• Le bois traité autoclave, qui présente une grande résistance aux intempéries et se marie parfaitement avec la nature environnante.

Pour ce dernier matériau, il existe deux types : le bois massif ou le contreplaqué marin. Bien que ces deux options soient assez onéreuses par rapport aux autres possibilités existantes, elles sont idéales si vous recherchez une certaine sophistication dans votre installation de rampe.

Ce choix dépendra avant tout du style de la maison ou des espaces publics où elle sera installée, ainsi que du budget alloué pour sa construction. Veillez toujours à choisir un revêtement antidérapant approprié sur toutes les surfaces destinées au passage des personnes handicapées.

Le choix d’une rampe d’accès doit être mûrement réfléchi selon vos besoins spécifiques ainsi qu’à ceux des utilisateurs potentiels concernés par cette mesure indispensable. Il est préférable de faire appel à des professionnels qualifiés pour l’installation de votre rampe afin d’éviter tout risque d’accident ou toute erreur qui pourrait avoir des conséquences graves sur la sécurité et le confort des personnes handicapées.

ARTICLES LIÉS