Inventé en Chine, puis pratiqué par les Grecs et les Romains, le greffage fut longtemps réservé aux végétaux ligneux comme les arbres fruitiers, les rosiers ou la vigne. L’opération consiste à «souder» un jeune rameau (ou greffon) d’une plante sélectionnée pour la beauté de ses fleurs ou pour ses qualités gustatives, à un «porte-greffe». Autrement dit, un plant raciné de la même espèce (comme un parent sauvage) ou d’une espèce botaniquement proche, réputé pour sa vigueur, sa rusticité, sa résistance à certains parasites ou son adaptation à tel type de sol ou de climat. Du 2 en 1, en quelque sorte!

La rédaction de Seniorweb vous recommande cet article publié dans le Figaro par M Menessier

http://www.lefigaro.fr/jardin/2015/05/15/30008-20150515ARTFIG00382-tomates-aubergines-melons-vous-les-preferez-greffes.php