Avec les technologies de l’information, la production peut être beaucoup plus automatisée. La moitié des emplois pourrait être en jeu. Un choc colossal ! Trois scénarios seraient alors possibles. Pour l’instant, rien n’est joué.

La scène se passe en 1589. L’inventeur anglais William Lee montre à la reine Elisabeth sa machine à tricoter les bas. Mais la souveraine ne goûte guère les gains de productivité : «  Considérez ce que l’invention pourrait faire à mes pauvres sujets. Elle les mènerait assurément à la ruine en les privant d’emploi. » Pas question d’autoriser un tel engin ! Malgré l’interdit royal et l’hostilité de la guilde des bonnetiers, Lee continue de travailler sur sa machine. Son associé est arrêté et exécuté pour trahison. Lee fuit en France, où il est accueilli à bras ouverts par Henri IV. Mais le roi est bientôt assassiné, et son successeur se montre beaucoup moins favorable à l’innovation… Quatre siècles plus tard, les gouvernants risquent d’être confrontés à la même question. Des innovateurs fabriquent des voitures qui roulent toutes seules, des robots à tout faire, bientôt des médecins numériques. Et les gouvernants seront tentés de les empêcher au nom de l’emploi.

La rédaction de Seniorweb vous recommande cet article publié dans les Echos par JM Vittori

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/02121558621-les-robots-contre-lemploi-1117473.php#